Archives de catégorie : nature

LES ESPACES VERTS ÉPHÉMÈRES DE CHAUMONT-SUR-LOIRE.

Depuis de nombreuses années, Chantal Colleu-Dumond à la direction
du Festival international des Jardins et du domaine de Chaumont-sur-Loire,
propose une thématique annuelle nouvelle aux paysagistes-architectes,
scénographes, jardiniers du monde entier. À eux de proposer en retour
une réponse créative, audacieuse voir spirituelle à travers un jardin conçu
pour inspirer, provoquer, embarquer, alerter un large public, amateur de jardin.
Cette année, le thème Les Jardins de la terre, retour à la terre mère fût
malheureusement prémonitoire. Une trentaine de projets a répondu une fois
de plus de manière très différente à la crise sanitaire mondiale sans
précédent. Les projets étaient là, le jury était constitué et la volonté farouche
de Chantal Colleu-Dumond de construire les jardins pour une ouverture au
public durant l’été fit le reste. Sans oublier l’expérience et la persévérance
des jardiniers du domaine qui ont travaillé sans relâche dans un espace naturel
endormi pendant deux mois. C’est donc une édition tout à fait particulière qui
a pris naissance dans cet isolement imposé. La question de notre relation
perturbée à la nature, à la terre, au jardin s’est traduite par des scénographies
fortes où la Nature est spirituelle, raisonnée afin que l’homme retrouve sa place
sur une terre qu’il a lui-même malmenée. Le respect, la régénération,
la méditation, la préservation de la Terre ont été le vocabulaire de la nouvelle
génération de concepteurs en réponse à une mondialisation démesurée.
Nourritures terrestres et spirituelles, c’est vraiment maintenant.
La description des différents jardins ainsi que le résultat des différents prix
du festival se trouvent sur le site du Domaine. Voir ci-dessous.
Festival international des Jardins 2020.
Les jardins de la terre, retour à la terre mère.
Vingt-neuvième édition.
Domaine de Chaumont-sur-Loire. Centre d’Arts et de Nature.
www.domaine-chaumont.fr

L’HOMME QUI ÉCOUTAIT LES COQUILLES SAINT-JACQUES.

Il y a vingt-cinq millions d’années, une coquille plissée de lignes élégantes
aux deux valves asymétriques ajustées, faisait son apparition
sur la côte Atlantique. Elle fut  d’abord utilisée comme parure et symbole
religieux (Compostelle) avant d’être pêchée et mangée en Bretagne, au
début du vingtième siècle. Son goût subtil qui se savoure d’octobre à avril
en fait un met très apprécié des gourmets. Mais la coquille
Saint-Jacques est plus qu’un produit raffiné de la gastronomie française.
C’est un véritable outil scientifique qui nous révèle au quotidien l’état de
santé de la mer. Laurent Chauvaud, directeur de recherches au CNRS
ainsi qu’à l’institut Universitaire Européen de la Mer de Brest, a su
déchiffrer ses secrets et il nous les raconte dans un livre ludique et
scientifique. Nous suivons ainsi le chercheur entre son laboratoire et
l’autre bout du monde pour mieux connaître cette coquille qui fabrique
une strie microscopique quotidienne, renseignant avec précision
l’évolution de l’environnement marin. L’auteur nous présente ce petit
miracle de la nature avec bienveillance tout en rappelant sa vulnérabilité.
dans un monde marin malmené. Il nous parle également de sa vie de
chercheur scientifique et de l’art de trouver ce qu’on ne cherche pas
Ludique et écologique.
visuels Patrice Jean-Baptiste.
La coquille Saint-Jacques sentinelle de l’océan. Laurent Chauvaud.
Illustrations, Liz Hascoët.
Éditions des Équateurs.
editionsdesequateurs.fr

AU JOUR OÙ L’ON EST.

L’année 2020 est une année sacrément difficile.
Une année rude, pénible, compliquée, confuse,
Une année de doute.
On réfléchit, on respire et on repart… masqué.
Rien n’est sûr. Il faut prévoir sans savoir.
Vivre comme si.
Malgré tout, les choses se passent, se créent
décalées, amputées souvent par un décret ou
un arrêté voir finalement annulées mais les portes
s’ouvrent quand même et la création est toujours là.
Alors, on essaye d’en parler. Une toute petite goutte
d’eau dans un océan. On s’en contentera aujourd’hui.
On verra bien demain… 

DIMANCHE EN FLEURS POUR MÈRES EN FÊTE.

De la gourmandise, de la poésie, de la douceur pour les reines d’un jour.
Tout est bon pour offrir un dimanche joyeux et généreux. Particulièrement
cette année. Pour une fois, on oublie les colliers de nouilles, les découpages
en papier crépon, les fleurs en pâte à modeler, les tableaux en pâte à sel…
et on offre du bon chocolat, des gâteaux, des fleurs qui sentent bon.
Ils peuvent être achetés ou fabriqués maison. Qu’importe.
Délicieux mélange olfactif et gourmand
1- Fleur de cœur. Édition limitée. Design Pierre Tachon. Partenariat entre La Manufacture
Alain Ducasse et le pâtissier Cédric Grolet. Chocolat noir non conché, purée de framboise
fraîche associée à un praliné amande crunchy framboise. 240G. Grand format.
www.lechocolat-alainducasse.com
2 – La Fleur de fraisier. Édition limitée. Collaboration de la Maison Lenôtre avec la pâtissière
Claire Heitzler. Entremet aux saveurs d’amande et de fraise sur une base de biscuit sablé.
www.lenotre.com
3 – Acanthe. Plat de service rond. Faïence. Techniques traditionnelles du 18ème siècle.
www.malicorne.com
4 – Délicate. Bouquet de Baptiste Pitou. Pois de senteur. Boutique en ligne. Commande
et livraison uniquement sur Paris et la région parisienne.
www.baptistefleur.com
5 – Couronne Reine Mère. Fleurs et étoiles. Objets de décoration d’inspiration religieuse.
www.boncoeurs.fr

DU MUGUET, S’IL VOUS PLAÎT.

Avis aux gourmands de mai.
On pourra trouver le muguet du jardin, le muguet en pot et du muguet en bouquet.
Les fleuristes resteront fermés pour le 1er mai mais ils pourront toutefois vendre
et livrer le muguet à certains endroits en accord avec les préfectures.
Et puis, il y aura également du muguet en pot tout en chocolat au lait ou noir, garni
de praliné aux noisettes du Piémont et décoré de noisettes concassées et caramélisées.
Soyons et restons gourmands sur commande et sur réservation.
Brin de muguet.
En vente exceptionnellement le samedi 25 avril 2020.
Commande en ligne ou par tél. 01 44 39 97 73.
Boutique Maison Hugo & Victor.
40, bd Raspail 75007 Paris.
hugovictor.com

VERS UN PRINTEMPS VRAIMENT DÉROUTANT.

Aujourd’hui, vendredi vingt mars 2020, première journée du printemps.
Habituellement, c’est un moment heureux annonçant trois mois d’éveil
à la nature, de journée qui rallonge, de soleil qui s’installe dans les jardins
et les parcs, de végétaux et d’animaux qui apparaissent sous nos yeux après
le long sommeil hivernal venteux et pluvieux. Les deux saisons intermédiaires
et changeantes de l’année que sont le printemps et l’automne, offraient des
moments privilégiés, jusqu’à ce jour, pour parler des nouveautés, des festivals,
des salons et autres manifestations nous entrainant vers l’extérieur, le temps
d’un week-end ou d’une soirée. Une accélération bénéfique dans l’année.
Aujourd’hui, nous vivons des moments très compliqués, dramatiques pour
certains, suite à une épidémie mondiale nous obligeant à vivre repliés sur
nous-même. Difficile de parler de toutes les créations à venir comme si
de rien n’était. Mais pas simple non plus de rester dans l’ombre alors que tout
s’annule autour de nous. Je vais donc continuer à parler de petites et de
grandes choses, vues ici et là pour vous changer les idées ou tout du moins
essayer de le faire avec le plus de légèreté possible. Se projeter dans l’avenir,
continuer de rêver très fort devant le Beau, le Bon, l’Élégant, le Féérique,
le Poétique, le Délicat… Il faudra juste avoir la patience nécessaire pour obtenir
parfois les renseignements supplémentaires ou tout simplement pour commander
sur les différents sites. Attendre que la vraie vie reprenne un rythme plus serein.
Nature et contre-nature.
1 – Jardins. Fil sculpté à la main en métal. création Valentine Herrenschmidt.
boutiquesdemusees.fr
2 – Carnet de jardinage. Papier 100% recyclé et crayon en bois issu de forêt gérée durablement.
www.reinemere.com
3 – Sticky Leaf. Lots de feuilles d’arbre collantes pour messages et notes poétiques.
Vingt feuilles par bloc. Différentes feuilles d’arbres : ginkgo, érable, lierre et hêtre.
Création Appree.
www.pa-design.com
4 – Grand sac en papier kraft. 100% biodégradable. Lot de dix sacs pour la maison
et le jardin.
www.ladivinejardine.com
5 – + verte qu’à côté. Bougie parfumée. Six bougies d’herbes pas très sages.
www.bougies-la-francaise.com

FESTINS LITTÉRAIRES.

L’écrivain américain, Jim Harrison, est un homme qui aime le vin, l’ail et le piment,
les grands espaces avec la pêche de rivière, la chasse et les longues marches
accompagné de ses chiens, l’amitié et bien sûr l’écriture pleine de vie et d’humour.
Jim Harrison est mort en 2016. Il fût l’un des principaux représentants du mouvement
littéraire américain natural writting. Ses grands romans Légendes d’Automne, Wolf
et Dalva devinrent des classiques en France, pays qu’il aimait tout particulièrement.
Les chroniques gastronomiques d’Un sacré gueuleton, célèbrent les plaisirs de la table
et de la vie au grand air. L’homme, gourmand vagabond, possède un appétit vorace,
hors du commun. Il ne peut comprendre une personne sans avoir bu et mangé avec
elle des quantités gargantuesques de nourritures et de boissons alcoolisées.
Des plaisirs terrestres qui lui font suivre un itinéraire gastronomique hors-norme.
Cet écrivain non-conformiste écrivait Quand la vie décide de m’accabler, je sais
que je peux faire confiance à un Bandol, à quelques gousses d’aïl et à Mozart…
L’art de boire, vivre et manger à l’excès avec beaucoup d’amour.
Un sacré gueuleton. Jim Harrison. J’ai Lu. Littérature étrangère.
Chroniques gastronomiques posthumes réunies en un seul volume.
editions.flammarion.com

MES VŒUX DE DEUX MILLE VINGT.

Mon blog est en travaux depuis la fin de l’année 2019. Bye bye les posts avec les nouveautés,
les découvertes… l’absence prolongée indéterminée s’est installée. Mais les beaux jours reviennent avec les senteurs, les couleurs, la fraîcheur et de la douceur. Beaucoup.
Tout refleurit, reverdit.
C’est bon signe. Un renouveau est en préparation.
Mille vœux de sérénité et de prospérité pour cette nouvelle année à l’approche si rugueuse.
La vie est belle. À très, très vite…

DU VERRE VERT DANS LE SAPIN.

Du verre marin d’ormeaux. Oui, c’est bientôt Noël et donc tout est possible.
L’artiste-chercheur Lucile Viaud, diplomée de l’École Boulle, valorise le verre
à partir de ressources naturelles et de produits locaux. Elle a déjà créé une
ligne de verres et de vases pour sa marque Ostraco. Suite à la rencontre de
Sylvain Huchette, producteur d’ormeaux biologiques à Plouguerneau,
elle poursuit ses recherches et met au point pour les fêtes de fin d’année,
ces superbes boules en verre d’ormeaux à suspendre dans le sapin.
Naturel, recyclable et poétique.
1 – Boules de Noël. Verre marin Glaz soufflé à la canne. Trois modèles Ostraco
en série limitée. Atelier Lucile Viaud.
http://atelierlucileviaud.com/boutique/

EN RÉSIDENCE À CHAMBORD.

Georges Carillo est le premier photographe animalier invité en Résidence d’Artiste
au Domaine de Chambord. Son travail en noir et blanc s’attache à saisir sur le vif
la faune sauvage solognote. La faïencerie de Gien s’est inspirée de ce travail
plein de poésie et de caractère pour créer un nouveau service de table.
Nature et faune en Sologne à l’occasion des 500 ans du château de Chambord.
Service Chambord. Nouvelle collection en faïence. Assiettes de présentation,
assiettes creuses, assiettes à dessert , assiettes canapés, coupes individuelles,
plat à gâteaux, plat à cake, petits plateaux et mugs.
www.gien.com
www.chambord.org